Elle dit : « Ce qui est en train de se passer est une sorte de mouvement subtil et secret »

Après la révolution, je crois que les femmes, vont commencer à s’élever, à s’affranchir de tous les fardeaux, et de toutes les restrictions et de toutes les règles… Il y aura une révolution sociale, avec les femmes comme base. Et cela partira du harcèlement sexuel dans la rue. Oui, cela s’ouvrira à partir de là. Mais ensuite cela va s’étendre, enfin, c’est ce que je pense.

Laisse moi te dire quelque chose. Nous les femmes, on a testé le goût de l’audace et le goût de dire la’a, dire non, dire « la’ ! ».
J’ai confiance dans les jeunes femmes et j’ai confiance dans les vieilles femmes.
Je sais, je sais que nous allons quelque part. Je sais que ça va être mieux pour nous. Je le sais. Je n’ai pas cette peur de ce que les femmes vont devenir… Que leur droit vont se restreindre ou… Non, non, j’ai foi en… leur intelligence. Et en leur patience.

Sara

Posted in Générale | Leave a comment

E.T.

J’ai toujours pensé que je n’avais pas d’histoire personnelle.
Pourtant j’existe.
Je suis là.
Je suis un être humain.
Je peux faire l’histoire.

Avant la révolution, je sentais que j’étais comme ET.
Tu sais celui qui vient de sa propre planète.
Aujourd’hui, j’ai l’impression que tous les égyptiens sont ET.

J’ai fait ce que d’autres générations n’ont pu faire avant moi.
Je peux changer. Je peux faire changer les choses.

H.

Posted in Générale | Tagged , | Leave a comment

Tout le monde a un rêve

Tout le monde a un rêve.
1 temps
Moi aussi en tant que femme, j’ai des rêves.
1 temps
La révolution était un rêve pour la plupart d’entre nous.
Arriver à la place Tahrir m’a coupé le souffle.
Tu ne peux pas t’imagine combien c’était magnifique !
Aujourd’hui…
Aujourd’hui, je ne sais pas ce que je ressens.
J’attends.

Je me dis “Wait and see”

M.

Posted in Générale | Tagged | Leave a comment

La première chose que j’ai faite le 29 janvier 2011…

La première chose que j’ai faite, le 29 janvier 2011, j’ai réveillé mon fils.
Je lui ai dit « viens dehors avec moi. Regarde ton pays, regarde ce qui est fait. »
Puis je l’ai pris au travers des rues d’Alexandrie, beaucoup de choses avaient brûlé. Il y avait des gaz lacrymogènes, alors j’avais pris beaucoup de mouchoirs et de l’eau. J’ai dit à mon fils : « quand tu vois ça, je mouillerais les mouchoirs et je le mettrais contre ton nez. Mais tu dois voir cela de tes propres yeux. C’est ton pays, tu dois voir ».
Les gaz lacrymogènes lui causaient des problèmes. Il me disait « je peux aller avec toi n’importe où maman, mais pas si il y a des gaz lacrymogènes. Est ce que tu peux me garantir, qu’il n’y aura pas de gaz lacrymogène ? » « Non je ne peux pas te le garantir, je lui disais. »
Aujourd’hui mon fils peut avoir son propre avis sur ce qui s’est déroulé dans son pays.
Quand il était petit, je lui racontais des histoires. Mais je ne lui racontais pas des contes de fées, comme Cendrillon ou d’autres histoires.. Non… Je lui racontais le Sinai, les rives du Nil, le sable de son pays…

Quand il a vu la révolution, il m’a dit « la paix est une belle chose, maman, mais je ne pense pas qu’ils étaient d’accords ». Je pense que tu dois être plus forte que cela, pour ne pas qu’on te manipule de la même façon que tout le monde a été manipulé.

C’était l’opinion de mon fils.
1 temps
M.

Posted in Générale | Leave a comment

my body, our bodies

You know, I think that one of the major problems that our society has forced upon us -as women- is the way we see our bodies. We sometimes tend to hate it, sometimes we feel like we want to burn it, hide it beneath thick layers of clothes, or just bare it all out in the sun. But nothing comes without consequences. If you bare it all out, you might get beaten in the streets or scolded by fellow women, if you hide it, you might be considered a coward by your fellow liberal friends. The result is that you don’t feel comfortable at all in your own body, nothing seems right or personally satisfying. A friend of mine once suggested that I take a dance lesson, she said it would make me feel free more than wearing a bikini -which I never wore in my entire life- but everytime I decide to take the dance lesson I fear the eyes of others upon my body, that I might look silly when I dance or that I might not be able to copy the dance moves correctly. This whole personal issue was pretty connected to my harassment stories. How is that….I will explain further
Jaylan Salah
23 mars 2013

Posted in Générale | Leave a comment

Echo(s)

« Ana »
Elle me regarde.

Je
La regarde.

Suspens.

« Ana »
Je.
Chut !

Tendre l’oreille.
Laisser s’écouler les mots.
Écouter la petite histoire.
La sienne. La mienne.

Échos.

« Ana »
Je.

Femmes des deux rives.

Tes mots. Tes silences. Tes murmures. Tes rires.
Tes cris.
Mes silences. Mes mots. Mes rires. Mes cris.
Mes murmures.

Une étincelle au coin de l’oeil.

Elle.
Moi.
Ici.
Nous.
Là.

Ana. Je. I. Me. Moi.

Féminins des mondes.

La mer pas loin, là juste en face. En écho elle aussi.

Traversées…

Posted in Générale | Leave a comment

Contre-jours sur la corniche, septembre 2012, Alexandrie

Mille merci, mille vœux à celles et ceux qui participent, soutiennent et vivent l’aventure…
A très vite,
Traversée(s) Nomade(s)

Posted in alexandrie | Tagged , , | Leave a comment

Rue Zaad Zaghoul, Alexandrie, le dessin animé…

… Ou la petite histoire du cireur de chaussures.

Posted in alexandrie | Tagged | 2 Comments

Etre une fille en 2012…

Quand j’étais petite, je voulais être un garçon. Oui parce que je trouvais que les filles c’était trop ennuyant, grincheux et de toute façon je m’entendais moins bien avec elles qu’avec les garçons! Aujourd’hui j’ai changé d’avis, et mes opinions sur les filles ont changé. Aujourd’hui, quand je me vois en tant que fille, je me dis qu’il faut que je fasse en sorte d’être belle, attirante, de marcher la tête relevée, d’avoir du style et de mettre en avant mon charme. Ça c’est l’apparence que je m’ordonne d’avoir. Après forcément je ne suis pas plus belle ou plus attirante qu’une autre mais pour moi une fille ça doit quand même toujours avoir cet objectif en tête sinon on risque de ne plus la voir ou de l’oublier. Une fille ça doit sourire et être gentille. Mais ne pas se laisser faire non plus, parce qu’être une fille aujourd’hui c’est marcher dans la rue en courant toujours le risque de se faire agresser ou insulter. Il faut être courageuse et ne pas toujours chercher à pleurer sur l’épaule de quelqu’un. Quand on est une fille on doit être capable de se relever toute seule sans supplier les autres de nous aider.
En tant que fille, je trouve qu’on n’a jamais le cerveau reposé, qu’on doit toujours se poser des milliers de questions! Si on n’est pas trop si, ou trop ça, ou pas assez si, ou ça…. Mais dans le fond si on ne se posait pas autant de questions et que l’on s’en fichait totalement alors on ne serait plus des filles.
Moi on me dit que je suis susceptible. Je confirme parce que sinon je ne me disputerais pas autant avec mes parents.
Il y a pas mal de choses qui me mettent en colère… Par exemple, et ça je pense que c’est un peu pareil pour tout le monde, je déteste qu’on me dise ce que je dois faire, je n’aime pas non plus les gens qui t’insultent comme ça, sans raison et qui trouvent ça drôle… Ah oui et aussi les mecs qui crachent par terre, j’aimerais bien voir leur tête si une fille crachait par terre aussi!
Ce qui m’inspire ce sont les histoires qui se passent dans la vie de tous les jours. Par exemple la mamie qui râle dans le bus parce qu’il y a trop de bruits ou la fille qui court pour pas rater son bus… Et puis les livres aussi ça m’inspire ou bien les chansons.
Mon premier désir serait de ne jamais me faire oublier, surtout des membres de ma famille et mes amis. Je trouve ça triste les gens qui se font oublier peu à peu…
Je voudrais devenir une grande actrice de film d’actions (et un peu d’amour) et donc pour ça jouer dans des rôles principaux parce que pour une fille je trouve que c’est beaucoup plus dur de trouver des rôles principaux par rapport à un garçon. Ce serait bien aussi de tourner mes propres films. Ensuite quand je serai connue je voudrais monter sur une scène avec des milliers de spectateurs et chanter, et comme ça aider les gens à être heureux.
Oula cette question du monde est difficile ! Le monde pour moi c’est avant tout une planète, qui contient plus d’eau que de terre, qui fait en sorte d’être favorable aux conditions de vie de l’Homme mais qui en échange se fait massacrer!
Je ne saurais pas dire si je suis mécontente ou heureuse de la société dans laquelle je vis. Il y a du bon et du mauvais… C’est vrai que je trouve que l’on est dans une société trop consommatrice, où l’on a toujours besoin de plus que ce que l’on a déjà. Ensuite je trouve que l’on est trop en désaccord et que du coup on ne s’écoute plus entre nous. Pour être l’actrice d’un changement dans le monde je pense qu’il faut d’abord parler de ce que l’on est convaincu de faire! Il faut savoir convaincre les gens de changer, il faut qu’ils aient confiancent en nous et puis qu’il faut foncer! Aujourd’hui je pense qu’on n’a plus le droit de douter, qu’il faut prendre des décisions pour changer notre situation et la situation d’autres pays que l’on doit aider à se relever! Il faut le faire en se disant que ce ne sera pas simple! Léa M., étudiante à Marseille. Le 04 juin 2012

Posted in Générale | Leave a comment

Etre une fille en 2012…

Être une fille dans la société égyptienne est comme être un électron par rapport à un noyau, ou une fourmi par rapport à un monstre , l’illégalité est totalement claire et la discrimination entre hommes et femmes est clairement observée .
Tout d’abord , je voudrais être juste en ce qui concerne la vie d’une fille dans notre pays , en résumant sa souffrance par les mots : négligence et fragilité . Par exemple nos familles ne nous laissent pas manifester , ni arriver à la maison après 22h et pour moi c’est 20h , ce qui m’étouffe vraiment . Il y a quelques amies dont les parents ont des problèmes sérieux avec la compagnie des garçons , c’est un retardement culturel !
Les sorties mixtes entre filles et garçons , les droits d’une fille libre , la confidence des parents et une société qui supporte les femme et les apprécie . C’est ce qu’on a perdu dans le moyen orient , la dépendance sur l’homme est essentielle et la négligence de la femme est essentielle aussi ! Salma A., étudiante à Alexandrie Le 03 juin 2012

Posted in Générale | Leave a comment